Vous êtes ici
Accueil > Idées > Extension du domaine de l’incertitude

Extension du domaine de l’incertitude

 Les dieux de la défaite se montrent parfois plus pédagogues que ceux de la victoire. Ces derniers sont réduits au rôle servile de murmurer à l’oreille du vainqueur les banalités concernant l’inconstance de la fortune qui procure au stratège son triomphe actuel tandis que la lucidité dans la défaite oblige à questionner les minuties de sa survenue.

 À l’occasion de l’élection du quarante cinquième président des États-Unis, l’analyse en cour, qui insiste sur la mobilisation défectueuse des corps électoraux afro-américain, d’une part, et latino, d’autre part, semble bien insuffisante à la lumière du « fact checking ». D’après nos « fast experts », tout se passerait comme si l’échec d’une politicienne démocrate, blanche et passablement aguerrie aux arcanes fédérales relevait de la seule « fumisterie » des « colored people » lesquels n’auraient pas compris (sic) le bénéfice qu’il tireraient de voter pour leurs intérêts ! … et dans une moindre mesure, puisque la chanson officielle murmure ce couplet avec insistance, de celle aussi de ces latinos inconséquents, lesquels se seraient – divine mais insuffisante surprise – un peu « repris » en fin de scrutin. Curieuse chanson en vérité, qui « racialise » le piteux résultat de cette démocrate démocratique. En outre, cette pirouette cadre mal avec l’analyse des résultats définitifs, conté par conté, selon la terminologie nord américaine ou par « parish » (paroisse) dans l’état de Louisiane, tradition catholique oblige.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top