Vous êtes ici
Accueil > politique > Le méta-hollandisme peut-il casser des briques ?

Le méta-hollandisme peut-il casser des briques ?

emmanuel-macron

Comme tous les grands inventeurs (Pythagore, Zénon…), le jeune Macron invente « en marchant ». L’objet politique de son cru – peu importe qu’il ait été un peu aidé par les caciques du capitalisme social, se trouve être le plus bizarre de la cinquième république ; objet que j’appellerais pour complaire aux « gamers » entichés de préfixes : le méta-hollandisme ! Ça en jette non ?

Le marcheur Macron, vestale de la finance hyper mobile, ne s’est pas « Bercy d’illusions » et n’a pas eu peur de la concurrence. Non ! D’ailleurs il n’est pas un analyste politique bien né (et/ou pourvu de fiches par sa rédaction), qui ne cite les exemples des solitaires losers : Jean Lecanuet, Alain Poher, et pourquoi pas; puisque l’histoire version Lorant Deutsch et Stéphane Bern fait florès, ceux de Marcel Barbu ou du Général Boulanger. Ce docte « name dropping » entend faire litière du macronisme naissant !

Laisser un commentaire

Top