Vous êtes ici
Accueil > Don't miss > Une impression ou deux sur les vœux de Jean-Patrick Gille, Député socialiste de Tours

Une impression ou deux sur les vœux de Jean-Patrick Gille, Député socialiste de Tours

Jean-Patrick Gille

    En deux temps et trois mouvements…

    Le show de Gille s’est articulé en trois phases assez nettes. Comme souvent cet orateur émaille son exposé, par définition austère en raison de sa relative technicité, de plaisanteries lui servant de chevilles rhétoriques de la sorte de celles qu’affectionne rapporter la presse locale (NR cf. article du lendemain) qui aime rien moins que la pesanteur et – au fond – le sérieux.

    I. passé pas si simple

    Pendant la première partie, la plus audible parce qu’ancrée dans le réel quoique cédant un peu à cette forme du présentisme qui a orienté la rédaction de l’ouvrage fallacieusement décrié du chef de l’état, le député a détaillé les raisons de ses votes et de ses prises de positions sur plusieurs sujets sensibles. Il rappelle son opposition à l’usage réitéré du fameux 49.3 en lieu et de place de la concertation dont les effets bénéfiques pour (et par) le dialogue social étaient sur le point de se concrétiser, selon lui, mais aussi son opposition à la prolongation excessive de l’état d’urgence ; position critique qui entre en résonance explicite avec les réserves exprimées par le Conseil d’État dans son avis au gouvernement rendu public le lundi 12 décembre 2016. Jean-Patrick Gille souligne le paradoxe de ce quinquennat dont la bipolarité marquée altère la perception de ses réussites – il y en a plusieurs dont le permis « Gille » dans la cadre de l’extension de la « garantie jeune » ou le statut des intermittents (du spectacle) dont il s’honore d’avoir compté parmi les artisans inspirés. Ces progrès réels subissent l’ombre portée de la courbe du chômage laquelle enveloppe toutes les avancées (Mariage pour tous, CPA, CMU généralisée) d’une critique d’essence populiste qui surfe sur le découragement excessif et la démotivation cynique, contre laquelle Gille, en philosophe, affirme mettre en garde, sans restriction, son auditoire. Ni dieu, ni maitre ? Non : Ni Macron, Ni Mélenchon ! Sans omettre ce troisième M qui est femme…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top