Vous êtes ici
Accueil > politique > TGM : très grosse marrade…

TGM : très grosse marrade…

En marche petits traîtres, la dé-route sera longue !

    La campagne présidentielle française est une superproduction médiatocratique de type « bollywood », à laquelle manquait jusqu’ici sa part de franche comédie, avec des morceaux de trahison et de cocuage dedans (« inside [or made for sharing] », au choix). Les télé-spectateurs disposaient déjà de la presta toute en blondeur de la  « million dollar baby » en la personne de la pugilliste de Montretout, de celle du juste de Sablé-sur-Sarthe, en voie de canonisation par le parquet financier… sans omettre l’incarnation “poutouti-compatible” de L’INSOUMIS professionnel, bref une chouette palette… mais le grotesque VRAI manquait. Il ne manque plus désormais.

    Dans les rôles titres de cette désirable mascarade se sont inscrits, pour le plus grand bonheur des petits et des grands, trois grosses têtes en carton bouilli, made in France (on se respecte) : François Bayrou, le « Poulidor » du centre droit votant à gauche peut-être… des fois que, François Goullet de Rugy, l’éco-ministrable doublement parjure depuis le 15 janvier 2017, et Emmanuel Macron le jeune ultra-ordo-libéral déguisé en « pionnier sociétaliste flou», né pour cornaquer cet improbable et inénarrable trio (…rires enregistrés puis des « Oui Macron président, c’est bon »…). Vous êtes sûrs pour les « c’est bon », ça fait pas un peu bande son de film  porno ? Bref.

En route petits malins, la dé-marche est périlleuse !

    Le dompteur en chef Macron n’aura pas trop de son talent de sophiste picard pour maintenir à flot pendant deux mois (attention, c’est long pour Goullet de Rugy…), l’alliance de la carpe de Loire-Atlantique, sautant de marigot en marigot et du lièvre des Pyrénées qui a beaucoup appris de la tortue, semble-t-il. « Sa z’est la Frouance… » disent avec un zeste d’accent les américains de Paris éberlués parce qu’il faut bien dire quelque chose de ce dévoiement de l’arithmétique électorale macronisante laquelle fait mine de ne pas additionner, en loucedé, le potentiel du modem avec les 3,82 pour cent des sympathisants de gauche du primo accédant à la notoriété Goullet de Rugy. Dans l’histoire, les représentants de la noblesse ont fait preuve  d’une fidélité à géométrie très variable, genre baromètre en folie – « je t’aime moi non plus », tandis que l’éco-ministrable Rugy assure la continuité par le parjure et la trahison de cet invariant historique des émigrés de 1790. Pour un peu, les producteurs de Koh-Lanta organiseraient, à toutes fins utiles, une spéciale « bougeotte » à Varennes ! C’est dire combien on se marre : rien que du lourd.

Page 1 sur 212
Top