Vous êtes ici
Accueil > Idées > Le “contrat” de l’homme de Picardie

Le “contrat” de l’homme de Picardie

Re-lecture

    Macron se pose en con-tractant de/avec la nation. Pourquoi pas ? Cette  formalisation de la présentation de son programme s’avère certes un peu emphatique mais solennelle aussi en lien avec l’enjeu. Voici pourquoi la lecture attentive de ce « contrat » qui nous est proposé s’impose de mon point de vue.

EM : J’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle car je veux redonner à chaque Française et chaque Français confiance en eux, confiance en la France et dans notre capacité collective à relever nos (1) défis. Ce faisant, nous redonnerons à l’Europe et au reste du monde confiance en notre pays.

    1 : utilisation curieuse sinon inappropriée de l’adjectif possessif « nos » ? mais la phrase suivante suggère que ce serait donc l’absence de solutions collectives à « nos défis » qui plomberait la France, “Té la pauvrette va…” la tournure s’avère commode pour insinuer l’idée que se fait le con-tractant démocrate Macron de l’égalité politique, pour lui elle signifie : tous responsables, en fait : tous « pécheurs ». N’est-ce pas une manière de partager et de diluer les responsabilités avant même de les prendre ? Le con-tractant Macron ne peut que s’entendre à merveille avec le très chrétien François Bayrou.

EM : Depuis plus de trente ans, nous ne parvenons pas à régler le problème du chômage de masse ni celui de l’intégration.
Des transformations radicales nouvelles bouleversent nos vies et nos certitudes. La révolution numérique change nos manières de produire, de consommer et de vivre ensemble (2).

    2 : soit, ce constat finaud est largement partagé dans (à peu près) tous les cafés du commerce de France et de Picardie… mais il est bon de rappeler que le con-tractant Macron est un peu philosophe à ses heures ce qui lui confère cette hauteur de vue que ne dédaignerait pas monsieur Homais. Quel dommage que Macron n’eut été normand !

EM : Le changement climatique nous oblige à repenser notre organisation et nos modes de vie. Le nouvel ordre mondial (3) nous impose un terrorisme djihadiste qui a frappé notre pays ces dernières années, tandis que des puissances régionales autoritaires émergent et que notre allié américain semble réviser les bases de sa diplomatie.

    3 : l’utilisation de la locution « nouvel ordre mondial » est un clin d’œil explicite aux complotistes qui l’affectionnent particulièrement comme repoussoir mais auquel le con-tractant Macron attribue une existence autonome et extérieure à la France laquelle se trouve victime d’un terrorisme qui en serait le produit dérivé… et cela parfaite contradiction avec la relève de « nos » défis de sa première phrase. Il faut non habiteur à cette nouvelle forme de «  cohérence » qui séduit tant monsieur Goullet de Rugy.

Top