Vous êtes ici
Accueil > politique > Tribune libre

Tribune libre

Sophismes, mensonges !

Décontenancé par les résistances, Macron le sophiste charmeur dévoile alors sa vraie nature en vilipendant le programme de Hamon : le seul qu’il redoute au fond, puisque concernant ses adversaires de droite et d’extrême-droite l’idée qu’il soit le recours est désormais actée. Macron le fustige en raison de son irréalisme supposé. Hamon lui aussi ancien de ministre de Hollande serait un incurable utopiste, c’est notoire puisque Macron l’affirme. Au « revenu de base » Macron oppose la société du « travail pour tous » afin de bien embarquer le nouveau contour du mariage dont je viens d’évoquer le futur incertain, mais que n’a-t-il été frappé par cette révélation plus tôt à l’heure où il officiait en tant que ministre de l’économie, par exemple… Six millions de personnes lui en saurait gré et porteraient aujourd’hui un cierge ou des amulettes bénies par tous les clergés que le terre porte, et chanteraient des cantiques sur son passage, jonchant sa foulée de pétales de roses dont les boutons tomberaient de leur poings éclos !

    Ce déni de réalité concernant les difficultés persistantes de l’emploi, qu’une application n’effacera pas par magie, aussi collaborative soit-elle, vise à protéger les rentiers qui font rempart de la légitimité de leurs laborieux patrimoine pour protéger de leur corps les grands possédants dont un millier à peine suffit à piloter directement ou indirectement quatre vingt pour cent de l’économie mondiale, peu importe que pour y parvenir on passe par perte et profit quatre cent soixante milles jeunes français devenus selon le vocabulaire de l’administration – attention  ça pique – « invisibles » ! Après les nouveaux pauvres et les travailleurs pauvres, voici que sont escamotées dans la nuit et le brouillard, les cohortes des invisibles innombrables ! J’aimerais quand même signaler qu’être invisible dans une société du tout médiatique revient à peu de chose près à embrasser l’état d’intouchable dans une société traditionnelle. Heureusement le « all sharing » va arranger tout cela. Un smartphone up to date et n’en parlons plus… n’est-ce pas !

L’étatisation de l’assurance chômage qui participe du dynamitage en règle des corps intermédiaires, l’obligation d’accepter l’une des deux premières offres raisonnables d’emploi, est-ce vraiment cela être socialiste ?

L’assimilation de la doxa réactionnaire désireuse de revenir sur la différence entre fonctionnaires et salariés du privé, est-ce vraiment cela être socialiste ?

Quatre mille places supplémentaires d’enseignants alors que la « macronite » en supprimerait – oups ! pardon, « ge mé trompi », que cent vingt mille fonctionnaires ne seraient pas renouvelés (lesquels ?) alors que soixante milles postes ont été créé durant ce quinquennat, ce tour de passe-passe ferait-il vraiment rêver ?

Enfin l’argument massue du meilleur positionnement de Macron dans les sondages face à la « Le Pen » principalement, ne pèse pas lourd. Les candidats du parti socialiste ont connu dans un passé récent des écarts très serrés avec le FN, que la rumeur donnait victorieux d’avance : ces écarts ne les ont pas empêchés de gagner la Région et cela sans considération pour la volatilité des sondés et des sondages !

Laisser un commentaire

Top